Société

Le triangle de Pikler : une réponse pertinente aux défis éducatifs du 21e siècle

Le triangle de Pikler : une réponse pertinente aux défis éducatifs du 21e siècle

Emmi Pikler est née à Vienne, en 1902, et est morte à Budapest, en 1984, où elle réalisera l’essentiel de son œuvre pédagogique, dans la célèbre pouponnière de Loczy, du nom d’un quartier de la capitale hongroise. Cette figure emblématique du développement psychomoteur de la petite enfance a étudié la médecine à Vienne et s’est spécialisée en pédiatrie auprès du Freiherr Clemens von Pirquet. Ce mentor a fortement influencé sa vie, avec son approche consistant à se concentrer sur la prévention plutôt que le diagnostic. Vers le milieu du 20e siècle, Pikler développe sa pédagogie basée sur la motricité autonome et portée par un mobilier spécifique, avec notamment le triangle de Pikler.

Emmi Pikler, de Vienne à Budapest

Dans l’hôpital Pirquet, où Emmi Pikler a passé son internat, il fallait passer un module d’étude de la maternité, pendant lequel on étudiait les soins et la nutrition des nourrissons. Son autre professeur, le chirurgien pédiatrique Hans Salzer, a appris à Emmi Pikler quel point l’examen médical peut être différent, si le consultant s’approche de l’enfant avec bienveillance et établit un contact avec le petit patient. Cette attitude empathique a fortement impacté le cheminement professionnel d’Emmi Pikler.

Son mari, enseignant et mathématicien, partageait son intérêt pour le développement autonome de l’enfant. Le couple a alors décidé de faire tout ce dont il était capable pour appliquer ces idées à l’éducation de l’enfant des Pikler ! Il était très important pour les deux scientifiques d’offrir au nourrisson un environnement stable, calme et sécurisé pour lui permettre de rester maître de ses mouvements, sans risque.

En 1935, Emmi Pikler a commencé à travailler comme pédiatre en Hongrie et a rapidement gagné le respect de ses collègues. Elle donnait des conférences sur les soins et la nutrition des nourrissons et des bébés et, pendant dix ans, a dirigé son propre cabinet de médecin de famille. Après la guerre, elle s’est occupée d’enfants abandonnés et mal nourris pour le compte d’une organisation caritative hongroise. Cette expérience l’a amenée à fonder Lóczy, une maison d’accueil pour enfants défavorisés, en 1946.

L’épopée Loczy et l’émergence du triangle de Pikler

Grâce à la formation approfondie des infirmières et à l’attention portée au microenvironnement éducatif, le docteur Pikler a réussi à créer une atmosphère paisible qui a permis aux enfants de grandir de manière saine, en toute autonomie et avec une certaine responsabilisation. Emmi Pikler a inlassablement étudié et observé les enfants et, à partir des conclusions publiées dans ses nombreux ouvrages, a formulé sa propre approche, très différenciée, du développement indépendant du mouvement de l’enfant. Les contributions de Pikler à l’éducation des enfants portent principalement sur :

  1. La garde des enfants. Dans ce domaine, elle se concentre sur la relation entre les adultes et les enfants : il appartient à l’adulte d’initier une interaction positive. Le calme, la bienveillance et le volontarisme dans l’échange sont la base de la pédagogie de Pikler. Chaque action doit se dérouler en accord avec l’enfant, avec une issue prévisible et communiquée d’avance.
  2. Emmi Pikler veut permettre à l’enfant d’essayer de tout faire par lui-même. Il faut laisser suffisamment de place à ce besoin fondamental de l’enfant. L’objectif de Pikler était de permettre le libre développement du mouvement et des rythmes individuels, avec une intervention minimaliste de l’adulte.
  3. Enfin, Emmi Pikler prône le concept du « jeu ininterrompu ». Il appartient à l’adulte d’offrir à l’enfant un environnement sécurisé pour lui permettre de « tout faire », sans risque sur sa santé et son intégrité physique.

La présence attentive des adultes et leur relation positive avec les enfants sont des conditions nécessaires au développement de l’enfant. Elles sont renforcées par le langage avec lequel les éducateurs répondent aux enfants et commentent leurs actions. Ils n’expliquent pas, ne posent pas de questions et ne font pas de sermon à l’enfant, mais décrivent et indiquent les actions avec la voix et la gestuelle.